Antirrhétique contre Galien (traduction)

Cette traduction est le fruit d’un travail en équipe de Marie Cronier, Alessia Guardasole, Caroline Magdelaine et Antoine Pietrobelli.

Syméon Seth d’Antioche, magistros et philosophe, Antirrhétique contre Galien.

1. Avant d’avoir affaire, Galien, aux personnes qui te considèrent comme une divinité, je pensais que même les gens doués d’une intelligence médiocre discernent combien est grand le décalage qui existe entre tes paroles et ta pensée intime dans plusieurs de tes écrits, dans lesquels tu polémiques et recours à des arguments dont tu défends l’emploi à tes adversaires. J’espérais que les circonstances feraient que je ne m’engage pas dans des disputes et des controverses, par crainte qu’il ne m’arrive un jour exactement la même chose qu’à toi : tomber dans la prolixité.

2. Mais puisque j’ai vu que tu jouissais de nos jours d’une grande réputation auprès de beaucoup de gens, que ton nom était presque sur toutes les lèvres, que tu étais considéré comme absolument infaillible et que tu possédais une renommée surhumaine, il m’a fallu m’adresser d’abord à tes sectateurs, dont tu n’aurais pas été content si tu les voyais, pas davantage que moi ; il m’a fallu aussi faire le procès de quelques chapitres de tes écrits et les réfuter par des méthodes apodictiques, auxquelles tu donnerais ton assentiment si tu vivais encore, si, du moins, tu te trouves être ami de la vérité, comme tu t’en vantes toi-même, sans suivre l’attitude et l’opinion de la plupart des hommes. Tu as bien fait de mourir plutôt que de vivre avec de pareilles gens.

3. Et tout d’abord je te parlerai de ce que tu as écrit dans le livre où tu promets d’enseigner « quelles sont les facultés, quel est leur nombre, et quelles sont leurs actions », dont tu disais qu’il est impossible de distinguer le nombre si l’on ne s’est pas préalablement exercé à la dissection, vu qu’elles sont en nombre égal à celui des parties élémentaires. Tu as tenu au sujet de leurs actions des propos que je vais rapporter mot à mot. Et en premier lieu j’élèverai des doutes, Galien, sur ces paroles : « La génération n’est pas une action simple de la nature, mais elle est composée à la fois d’une modification et d’un modelage. En effet, pour qu’il se forme un os, un nerf, une veine, ou chacune des autres parties, la substance qui sert de substrat et à partir de laquelle se forme l’être vivant doit se modifier ; mais pour que cette partie reçoive, comme il le faut, à la fois sa structure, sa position, certaines cavités, ses apophyses, ses symphyses, et toutes les autres spécificités du même genre, il est nécessaire que cette substance, au cours de sa modification, soit modelée d’une telle façon que l’on ne se tromperait certes pas si on l’appelait matière de l’être vivant, comme le bois est celle du navire et la cire celle de l’image. » J’affirme donc qu’en disant cela tu es tombé bien loin de ce qui est vraisemblable : c’est qu’on a la chair de poule en entendant pareille ineptie. Qui ne sait, en effet, qu’à la génération succède immédiatement aussi la modification ? Or tu avances l’idée qu’une chose produit la modification, une autre le modelage, et tu supposes que ce dernier est réalisé par une faculté et la seconde par l’autre ; et c’est sur ce point que tu entres en contradiction avec ta propre opinion : nous savons en effet que le terme de tout mouvement modificateur, c’est la forme à laquelle en arrive ce qui se modifie. Cela Aristote aussi le démontre, dont tu es fier de te compter parmi les disciples.

4. Voudrions-nous te défendre en disant que la forme est toujours le terme du mouvement modificateur, il faudrait que, d’une certaine façon, ce qui se modifie aboutisse à une seule et unique forme ; nous te défendrons alors avec des arguments peu conformes aux méthodes apodictiques. Car il est évident que tout ce qui se modifie se modifie grâce à son propre principe actif ou par une faculté qui lui est naturelle ; ne nous étendons pas davantage. D’autre part il est absurde de dire que tout ce qui se modifie nécessite deux facultés, la première qui le modifie et la seconde qui le modèle. Nous savons, en effet, que le principe moteur est un et qu’il tend vers un but unique, et que la modification est un processus, tandis que le modelage est le but vers lequel tend le principe moteur. Si, d’un autre côté, tu affirmes que c’est sur la structure que porte le propos, même ainsi tu n’éviteras pas l’absurdité. Car tu dis que ce n’est pas pour cela que se produit la génération, même si elle possède un autre principe ou – si tu veux – une autre faculté active.

5. Tu as dit plus loin que « chacune des tuniques de l’estomac, de l’œsophage, des intestins et des artères a sa propre faculté modificatrice, qui génère la partie à partir du sang menstruel provenant de la mère », ce qui vraiment est tout à fait stupide. Comment, en effet, la faculté qui a généré la partie restera-t-elle toujours à son service ? Mais quand tu te moques aussi d’Aristote qui dit que toutes les parties sont générées à partir du sang menstruel et que tu montres, au contraire, qu’elles sont toutes formées uniquement par la semence, tu es alors tout à fait en contradiction avec toi-même.

6. En outre tu critiques Erasistrate, parce qu’il s’est figuré la vessie comme une éponge ou un tampon de laine et non pas comme un corps parfaitement dense et compact, possédant deux tuniques très résistantes, et que tu dis peu après que la tunique extérieure de la vessie, provenant du péritoine, possède la même nature que lui, tandis que la tunique intérieure, qui est propre à la vessie, a plus que le double de l’épaisseur de la première, etc. ; en revanche, dans d’autres passages tu déclares à plusieurs reprises que la vessie n’a qu’une seule tunique. C’est pourquoi il ne m’est pas nécessaire d’invoquer les passages où tu traites ce sujet.

7. Et, au commencement du livre II, tu t’exprimes ainsi : « Nous sommes donc obligés de reconnaître encore dans ce cas aussi, comme déjà bien des fois auparavant, qu’il y a une certaine faculté attractive dans la semence. <Qu’est-ce donc que la semence ?> C’est le principe de l’être vivant, bien évidemment le principe agissant car le principe matériel c’est le sang menstruel. » Comment as-tu donc oublié, Galien, les propos que tu as tenus sur le mélange des deux semences, en arguant que de ce fait quelques enfants ressemblent à leur père et d’autres à leur mère ?

8. Ensuite, plus loin encore, tu écris qu’autour de l’estomac, comme autour d’un chaudron, se trouvent plusieurs foyers embrasés, parmi lesquels tu comptes la rate. Et après cela tu dis : « les mouvements de chaque organe qui se meut se font selon la disposition des fibres » ; puis tu ajoutes : « et pour cette raison, dans chacun des intestins pour chacune des deux tuniques, les fibres sont circulaires. En effet, elles ne font qu’enserrer, sans nullement attirer. L’estomac, en revanche, a d’une part des fibres droites pour attirer, etc. ». Or toi qui n’as de cesse d’affirmer que toute partie a besoin, pour se nourrir, des quatre facultés, tu prives ici les intestins de leur faculté attractive. Comment donc se développeront-ils, s’ils ne se nourrissent pas ?

9. Mais c’est encore toi qui dis ce qui suit : « C’est pourquoi il est plus facile d’avaler que de vomir, vu qu’on avale par l’action des deux tuniques de l’estomac – celle de l’intérieur attire et celle de l’extérieur enserre et pousse –, tandis qu’on vomit par l’action d’une seule des deux tuniques, celle de l’extérieur ». As-tu donc oublié, en exposant cela, que tu avais affirmé que, dans tout processus d’attraction, il y a une faculté d’expulsion ? Mais peut-être te défendras-tu en disant que seul l’œsophage détient la faculté d’attraction par l’une de ses tuniques, tandis que, par l’autre, il détient la faculté d’expulsion, comme tu l’affirmes plus loin : « La nature n’aurait certes pas pris la peine de former l’œsophage de deux tuniques antagonistes, si chacune d’elles ne devait exercer aussi une action différente. »

10. Puis tu ajoutes que l’expulsion s’opère soit à cause d’une qualité mordante, soit à cause d’une distension par trop-plein, et que cela est manifeste quand on éprouve des nausées ou l’envie d’uriner. Crois-tu donc, Galien, que la nausée se produit sous l’effet d’une sensation de la tunique extérieure et non sous l’effet du contenu de l’estomac ?

11. Puis tu affirmes plus loin que les aliments sont distribués de l’estomac vers le foie par des veines et que, par ces mêmes veines, ils peuvent être inversement attirés du foie vers l’estomac. Et si cela est vrai, il s’ensuit que les parties de l’estomac qui sont nourries par le sang reçoivent leur nourriture des parties où il (scil. le sang) subit la coction qui se produit dans le foie, et que tous ceux qui vomissent après la seconde coction vomissent du sang. Et d’ailleurs peu après cela tu dis que la faculté d’expulsion s’exerce par les fibres transversales auxquelles peu avant tu as assigné la faculté de rétention.

12. Mais, puisqu’on croit tout ce que tu dis, dis ce que tu veux ; peut-être, grâce à ces réfutations de tes propos, convertirai-je quelques-uns de tes sectateurs, non pas à la doctrine d’un autre, mon but étant simplement de leur montrer qu’aucun homme n’est infaillible.

Car il n’y a que Dieu qui fasse le bien toujours uniment.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *