Présentation du projet Syméon Seth

Les Byzantins héritaient en droite ligne du savoir des médecins grecs de l’Antiquité grâce aux manuscrits de leurs bibliothèques. Toutefois, après les compilations des encyclopédistes de l’Antiquité tardive (Oribase, Aétius et Paul d’Égine) et les commentaires des néoplatoniciens Alexandrins, c’est-à-dire après le VIIe siècle, il semble qu’ils aient délaissé la théorie médicale et la philosophie naturelle, tout comme certaines disciplines du quadrivium (arithmétique, géométrie et astronomie). Le triomphe de l’orthodoxie installa la théologie au centre de toutes les attentions, reléguant l’étude des sciences à sa portion congrue.

En revanche, dès le VIIIe siècle, Bagdad prend le relai des grandes capitales intellectuelles du monde antique (Athènes, Alexandrie et Rome). Grâce à un ample mouvement de traduction de la science grecque en syriaque et en arabe, le califat abbasside s’est approprié l’héritage des savants païens de l’Antiquité pour le faire fructifier à son tour. Après une phase de traduction massive (VIIIe-IXe s.) des textes médicaux, mathématiques, astronomiques et philosophiques, les penseurs islamiques tels al-Kindî, al-Fârâbî ou al-Râzî, ont produit des écrits qui imitaient, continuaient et parfois contestaient les textes des anciens.

Ce qu’on dénomme la « Renaissance abbasside » constitue un moment où l’érudition et le goût pour les livres atteignent une ampleur inédite dans l’histoire de la Méditerranée. L’emprunt aux Chinois de la technologie de fabrication du papier au VIIIe siècle n’est pas seul en cause. La magnificence des commanditaires qui ont patronné ces traductions a contribué à l’essor de nombreux cercles lettrés à Bagdad et au développement, depuis l’Andalousie jusqu’à la Perse, d’un vaste marché du livre en langue arabe. De cette translatio studii appuyant une translatio imperii découle un autre mouvement culturel moins étudié.

À partir du XIe siècle, Byzance s’ouvre à l’influence arabe et ranime l’étude de la philosophie et de la médecine antiques à la flamme des penseurs islamiques. Les traductions arabo-byzantines témoignent de ce transfert de connaissance dans la pensée byzantine.

Syméon Seth, savant Byzantin du XIe siècle, apparaît comme un personnage central pour étudier cette passation de savoir. Ce haut fonctionnaire de la cour impériale maîtrisait en effet l’arabe et le grec. Il a traduit, pour l’empereur Alexis Ier Comnène, le miroir aux princes Kalîla wa-Dimna, chef d’œuvre de la littérature arabe. Mais il a aussi diffusé dans le milieu intellectuel byzantin les idées et les débats scientifiques qui avaient cours dans le monde arabe, notamment dans les domaines de la médecine et de l’astronomie.

Nous avons d’abord concentré nos efforts sur ce personnage en nous attachant à un petit texte conservé sous son nom et intitulé Antirrhétique contre Galien. Ce texte est assez symptomatique du phénomène de traduction ou de transposition de la médecine arabe en contexte byzantin. Syméon Seth introduit pour la première fois à Byzance une critique de Galien qui trouve son modèle dans les Doutes sur Galien d’al-Râzî.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *