L’Antirrhétique contre Galien

 

L’Antirrhétique contre Galien (᾽Αντιρρητικὸς πρὸς Γαληνόν) est transmis par un unique manuscrit d’Oxford du XVe siècle (Oxford, Bodleian Library, Barocci 224, ff. 30v-31v), copié en Crète dans l’atelier de Michel Apostolis entre 1455 et 1470[1].

Dans cet opuscule polémique, Syméon Seth s’est essayé à un exercice de style visant à débusquer les erreurs de la pensée physiologique de Galien, telle qu’elle est exposée dans le traité Sur les facultés naturelles[2]. Au nom de la logique et de la physique aristotéliciennes, Seth attaque l’autorité galénique en montrant que Galien se contredit lui-même et que sa doctrine n’est pas infaillible.

Ce texte n’a pas de précédent dans la littérature médicale grecque et on peine à trouver ses modèles dans la tradition rhétorique byzantine. En revanche, on peut en restituer tout le relief et l’arrière-plan, si on le lit comme une transposition des Doutes sur Galien d’al-Râzî en contexte byzantin. Le jeu de l’autorité d’Aristote contre celle de Galien puise en effet ses racines dans l’histoire du mouvement de traduction gréco-arabe de Bagdad.

Le traducteur le plus célèbre de la période abbasside est sans conteste Hunayn Ibn Ishâq, un médecin nestorien qui dirigea un atelier de traduction spécialisé dans les textes médicaux. Philologue hors-pair, Hunayn a relevé le défit de rassembler les disjecta membra du corpus galénique conservé en grec et de traduire ce vaste ensemble en syriaque ou en arabe pour le mettre à la disposition de ses contemporains. Sa prédilection pour le médecin de Pergame et l’intense activité de son école ont eu pour effet de faire de Galien l’une des premières autorités philosophiques à être massivement diffusée en langue arabe. La pensée de Galien a ainsi servi de soubassement à l’édifice des différentes sciences islamiques[3]. On peut dire que le IXe siècle a consacré le triomphe du galénisme à Bagdad, sur le plan médical, mais aussi philosophique.

En réaction à cette tendance, les philosophes arabes du Xe siècle jouèrent la carte d’Aristote contre Galien[4]. Plus généralement s’est développée, après le mouvement de traduction, une littérature des Doutes (as-Shukûk)[5] qui remettait en cause l’autorité des anciens. Les trois piliers de la science grecque, Galien, Ptolémée et Aristote, furent respectivement attaqués dans les Doutes sur Galien d’al-Râzî (Rhazès), les Doutes sur Ptolémée d’Ibn al-Haytham (Alhazen) et la Philosophie orientale d’Avicenne.

C’est dans cette veine de libre-pensée arabe que s’inscrit l’Antirrhétique de Syméon Seth[6]. De même que les penseurs islamiques s’en étaient pris à Galien au nom du progrès scientifique et de la supériorité de l’islam sur le paganisme, Seth mène sa démonstration au nom du christianisme : Galien n’a rien d’un dieu, il est, comme tout homme, faillible. En pure logicien, il traque les failles du raisonnement galénique et livre un étonnant pamphlet.

Pour une étude détaillée de ce texte, voir M. Cronier, A. Guardasole, C. Magdelaine et A. Pietrobelli, « Galien en procès à Byzance : l’Antirrhétique de Syméon Seth », Galenos 9, 2015, p. 89-139.

 

[1] Voir l’étude de Marie Cronier, dans M. Cronier, A. Guardasole, C. Magdelaine et A. Pietrobelli, « Galien en procès à Byzance : l’Antirrhétique de Syméon Seth », Galenos 9, 2015, p. 89-139.

[2] L’édition de référence pour ce texte est toujours celle de G. Helmreich : G. Helmreich, Galeni De naturalibus facultatibus in Claudi Pergameni scripta minora, t. III, Leipzig, 1903, p. 101-257.

Pour une traduction française de ce traité, voir le site de la BIUS

[3]  Galien fut bien sûr une autorité médicale et philosophique, mais aussi théologique ; voir A. El Shamsy, « Al-Ghazālī’s Teleology and the Galenic Tradition », dans F. Griffel (éd.),  Al-Ghazālī’s Rationalism and Its Influence: Papers on the Occasion of the 900th Anniversary of His Death in 1111, vol. 2, Leyde, à paraître.

[4] Voir S. Fazzo, « Alexandre d’Aphrodise contre Galien : la naissance d’une légende », Philosophie Antique 2, 2002, p. 109-144.

[5] Voir D. Gutas, Greek Thought, Arabic Culture, Londres, 1998, p. 153.

[6] Seth est aussi l’auteur d’un opuscule astronomique qui conteste l’autorité de Ptolémée en s’appuyant sur la science arabe ; voir D. Pingree, « The Indian and Pseudo-Indian passages in Greek and Latin Astronomical and Astrological texts », Viator 7, 1976, p. 141-195 (p. 177 et 192) et  P. Magdalino, « The Byzantine Reception of Classical Astrology », dans C. Holmes et J. Waring (éd.), Literacy, Education and Manuscript Transmission in Byzantium and Beyond, Brill, Leyde-Boston-Cologne, 2002, p. 33-57.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *