Qui est Syméon Seth ?

Syméon Seth (ca 1035- ca 1110)

Il existe très peu d’éléments qui permettent de retracer la biographie de Syméon Seth : une source externe (Anne Comnène, Alexiade, VI, 7, 1), la mention d’une éclipse solaire dans son traité d’astronomie, les dédicaces de ses livres et les souscriptions des manuscrits qui ont transmis ses écrits.

On sait, par ces souscriptions, qu’il était originaire d’Antioche. Cette origine géographique explique le bilinguisme de Seth. Conquise en 637 par les Arabes, Antioche redevint byzantine en 966. Quand Seth y naquit, vraisemblablement entre 1030 et 1040, la cité était une avant-poste d’une ouverture de Byzance à l’Orient, tout comme une importante cité marchande dont le tissu social mêlait différentes cultures et religions.

Les souscriptions des manuscrits nous indiquent encore que Syméon Seth fut un haut fonctionnaire de la cour impériale byzantine, avec les titres honorifiques de magistros et de vestes. Cette carrière à Constantinople nous est confirmée par les dédicaces de ses livres. Il dédie son traité de diététique Sur les facultés des aliments à l’empereur Michel VII Doukas (1071-1078) et sa traduction de Kalîla wa-Dimna à Alexis Ier Comnène (1081-1118). La fille de ce dernier, la princesse byzantine Anne Comnène, présente Seth comme un astrologue qui fit des prédictions véridiques à la cour de son père.

Avant de mener cette carrière à la cour impériale byzantine, Seth a séjourné au Caire en Égypte, sans doute pour parfaire sa formation en médecine, astronomie et philosophie. Dans Sur l’utilité des corps célestes, Seth raconte qu’il a été le témoin d’une éclipse solaire quand il était en Egypte, ce qui correspond à la date de 1058.

Dans un article paru dans la revue Galenos, j’ai défendu l’hypothèse que Seth avait subi l’influence de la pensée d’Ibn Butlân, un médecin et théologien nestorien de langue arabe né à Bagdad, qui, après avoir séjourné en Egypte et à Constantinople, s’est fixé à Antioche après 1055. Seth a dû être le disciple d’Ibn Butlân durant sa jeunesse antiochienne.

Syméon Seth est donc un savant polymathe et bilingue, spécialiste de médecine, de philosophie naturelle et d’astronomie, qui s’est construit une carrière à la cour impériale de Constantinople en tant qu’orientaliste et peut-être drogman. Il a joué un rôle de passeur en introduisant les nouveautés de la pensée arabe dans la culture byzantine.

Liste des ouvrages de Syméon Seth :

  • Conspectus rerum naturalium/Synopsis physicorum et philosophorum dogmatum[1]),
  • De utilitate corporum celestium[2]
  • Syntagma de alimentorum facultatibus[3]
  • Stéphanitès kai Ichnélatès, traduction arabo-grecque du recueil de fables Kalîla wa Dimna d’Ibn al-Muqaffa[4].
  • Un opuscule d’astrologie sur la « précession des équinoxes »[5]
  • Antirrhétique contre Galien
  • un lexique botanique[6]

Pour une biographie plus détaillée du personnage, voir M. Cronier, A. Guardasole, C. Magdelaine et A. Pietrobelli, « Galien en procès à Byzance : l’Antirrhétique de Syméon Seth », Galenos 9, 2015, p. 89-139.

[1] Éd. A. Delatte, Anecdota Atheniensia et alia, t. II, Liège-Paris, 1939, p. 17-89.

[2] Éd. A. Delatte, Anecdota Atheniensia et alia, t. II, Liège-Paris, 1939, p. 91-126.

[3] Éd. B. Langkavel, Simeonis Sethi Syntagma de alimentorum facultatibus, Leipzig, 1868.

[4] Éd. L.-O. Sjöberg, Stephanites und Ichnelates. Überlieferungsgeschichte und Text, Uppsala, 1962 (Studia Graeca Upsaliensia 2).

[5] Ce texte a été édité par D. Pingree, « The Indian and Pseudo-Indian Passages in Greek and Latin Astronomical and Astrological Texts », Viator 7, 1976, p. 141-195, ici p. 192. Le texte est conservé dans le Vaticanus gr. 1056 (f. 32), copie du XIVe s. d’une collection datant du XIIe s. À cette courte pièce, le manuscrit attribue pour auteur : τοῦ Σὴθ ἐκείνου (« of the late Seth », « de feu Seth »). Ce traité n’est peut-être qu’un extrait d’un ouvrage plus substantiel.

[6] Éd. A. Delatte, Anecdota Atheniensia et alia, t. II, Liège-Paris, 1939, p.  339-361. Ce lexique botanique alphabétique est transmis par deux manuscrits : le Vindobonensis med. gr. 25 (XVe s.), f. 1r-9v, et l’Athous Iviron 182 (XVIe s.), f. 145r-156v. Le nom de Seth n’apparaît pas dans le manuscrit de l’Athos et il a été ajouté par une seconde main dans le manuscrit viennois.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *